Révéler la ville #6

Révéler la Ville, une histoire qui dure…

L’Ardepa organise en 2017-2018 la sixième édition de «Révéler La Ville». Cette manifestation a pour objet d’inviter des artistes, plasticiens, designers, architectes, vidéastes, photographes, à livrer leur vision d’un quartier ou d’un territoire à travers une intervention in situ dans l’espace public.

Une équipe aux compétences multiples met en scène l’espace urbain et architectural et permet de révéler un lieux en suscitant curiosité, intérêt et surprise. Transformer des morceaux de ville de façon ludique , étrange et inattendue permet d’en accroître l’appropriation et la connaissance.

Les cinq premières éditions réalisées avec le soutien de la DRAC des Pays de la Loire, de la ville de Nantes, du Conseil Régional des Pays de la Loire et du Réseau des maisons de l’architecture et de nombreux mécènes ont permis au public de découvrir plus d’une trentaine d’artistes.

Appel à candidature : Révéler la Ville #6 !

La sixième édition de «Révéler La Ville», se déroulera à partir de février 2018 à Saint-Nazaire et nous invitons les résidents à réfléchir à cette question :

Le Petit Maroc, une île en ville ?

Ce dispositif de création vise à offrir une nouvelle lecture du territoire en touchant plusieurs publics : les habitants d’un lieu (enfants et adultes) mais également les personnes alentour qui, par l’intermédiaire d’une intervention plastique contextualisée, (re)découvrent un territoire méconnu ou trop connu révélé par des regards extérieurs.

Après une résidence de 6 semaines au plus près des habitants, l’équipe lauréate nous invitera à les suivre dans une aventure qui visera à «ré-enchanter» des lieux que nous (re)découvrirons à cette occasion.
Ce quartier proche du port et de l’ancienne base sous-marine englobe une ancienne usine élévatoire du début du XX° siècle reconnaissable à sa grande cheminée, la capitainerie et un petit bourg. Plusieurs histoires s’y côtoient : l’aventure maritime, la tradition industrielle et l’empreinte de la guerre 39-45. Accessible par des ponts levants, ce quartier est une sorte d’île qui est à la fois nazairienne par son architecture et son histoire ignorée ou refoulée, mais c’est aussi un morceau de rivage qui nous invite à rêver à des horizons lointains.

Une interprétation et une approche scénographique libre.

L’intervention devra permettre la mise en scène de la ville pour la révéler au public, tant à travers un dispositif visuel, sonore, pictural, une installation, expression corporelle, théâtrale, photographique…
L’objectif est de laisser à chacun une grande liberté de ton et d’action. Action devra cependant être en relation avec une école, un collège ou un lycée (plusieurs à proximité).
La restitution est prévue en avril 2018 mais l’activation de l’espace public doit également se faire pendant les semaines passées sur place.
Cette résidence est la 1ère d’un cycle que nous souhaitons initier sur les 5 départements, à raison d’un par an. En 5 ans, nous aurons ainsi arpenté la région. Ce sera l’occasion de publier un coffret réunissant les 5 publications.

►►► (à partir du 28 novembre 2017)  ◄◄◄
Vous pourrez télécharger le dossier de candidature : ici

Calendrier & Conditions d’accueil

Durée de la résidence : 6 semaines de résidence (voir détails ci-dessous)

28 Novembre 2017 : Lancement national de l’appel à candidature
10 janvier 2017 : Date limite de remise des dossiers
mi-janvier 2017 : Pré-selection en interne
19 janvier 2017 : Entretiens avec un jury composé de profesionnels (à l’école d’architecture de Nantes)

09 au 14 février : immersion, premiers contacts
19 février au 4 mars : lecture du territoire, ateliers
19 mars au 8 avril : ateliers, interventions artistiques et restitution de la résidence

Hébergement et lieu de travail : Les abeilles : ancien local des remorqueurs au Petit Maroc. (appartements, dortoirs, ateliers artistiques et containers aménagés, avec pour objectif d’animer le port, sous la responsabilité de l’artiste Laëtitia Cordier)

Budget
Rémunération de l’équipe : 10 000 € TTC
Montant du budget de production (matériel) : 5 000 € TTC maximum sur présentation de factures et après accord et validation préalable de l’ardepa.

Les commentaires sont désactivés