Expéditions urbaines 2019

Pour ce nouveau cycle d’expéditions urbaines, l’ardepa a souhaité vous proposer un nouveau mode de visite. Ce nouveau format vous invite à effet à associer la découverte d’un lieu insolite à des thématiques hybrides. Qu’il soit question de culture urbaine ou bien de nourriture ou de l’eau, ou bien encore de la question du genre dans la ville, laissez-vous tenter par ces surprises urbaines !

Expédition #1 le 22 juin : L’eau, enjeu du siècle

Expédition #2 le 6 juillet : Le bien être en ville

Expédition #3 le 21 septembre : La possibilité d’un paysage nourricier

Expédition #4 le 12 octobre : Le genre dans la cité

Expédition #5 le 16 novembre : La culture urbaine : où sont les « impertinents » 

►► Téléchargez le programme des expéditions urbaines 2019

Expédition #1 – le 22 juin 2019 :
L’eau, enjeu du siècle

Depuis une dizaine d’années les prédictions politiques et expertes identifient cette question comme une des préoccupations majeures des équilibres internationaux.
Porteuse de nouveaux enjeux en termes de luttes d’influences, de conquêtes territoriales, et d’investissements, cette question de l’eau devient stratégique.
Les sources sous-marines sont captées sur les rives maritimes des zones désertiques. Les transformations climatiques provoquent des drames d’inondations à répétition et polluantes que la déforestation accentue. L’actualité récente montre des villes sud-américaines assoiffées… Mais la dernière invention de pommes de douches à minéraux filtrants vante l’eau pure pour une beauté de la peau retrouvée.
C’est dire toutes les échelles de préoccupations, les sujets, les convocations de spécialistes, les stratégies des groupes financiers internationaux… Le sujet est une représentation des inégalités : au cœur de la survie de territoires, porteurs d’initiatives de progrès, mais aussi recherchée pour ses variations de qualités comme un bon vin…
Nous tenterons lors de cette expédition d’entrer dans l’antre de l’eau douce et « épurée » de la ville pour connaitre les secrets de sa fabrication.

Marielle Pouliquen, adjointe, directrice de l’agence Pays de Loire
SUEZ EAU FRANCE

>> Télécharger la plaquette de la visite


Expédition #2 – le 6 juillet 2019 :
Le bien être en ville

Le « bien-être » est une notion vaste dont il est nécessaire de définir les contours car si elle évoque une recherche personnelle d’épanouissement, de confort, de santé (…) le bien être en ville nous rappelle que nous existons de manière individuelle et collective au sein d’un espace partagé : la ville. Elle est aujourd’hui l’expression d’un projet collectif global contribuant ainsi à l’émergence d’un sentiment de bien «être» dans sa ville.
Nous profiterons de cette thématique pour découvrir différents équipements sur l’île de Nantes contribuant à cette notion de bien être, comme le Palais des Sports de Beaulieu, édifice a une double vocation : accueillir à la fois le sport amateur et le sport de haut niveau, puis les nouveaux aménagements des berges de Loire réalisés suite à la concertation habitante menée par la Samoa.
Comment se fabrique la ville aujourd’hui ? comment activer les espaces publics et encourager différentes appropriations ? C’est ce que nous tenterons de comprendre lors de cette expédition urbaine sur l’île de Nantes.

Palais des Sports de Beaulieu

>> Télécharger la plaquette de la visite


Expédition #3 – le 21 septembre 2019 :
La possibilité d’un paysage nourricier

Si notre société de consommation encourage les populations à consommer toujours plus, le rapport au nourricier commence à changer progressivement. Des amap fleurissent dans les quartiers, les circuits-courts sont plébiscités, des fermes urbaines se développent… L’autonomie alimentaire ayant presque disparue au profit d’une artificialisation des paysages, la question de la fonction nourricière de nos villes contemporaines se pose de manière inédite.
Touchées par la crise, des villes d’Amérique du Nord comme Détroit par exemple, se sont emparés de ce problème en aménageant les espaces vacants en jardins, en fermes urbaines et en réinventant un modèle d’économie sociale et solidaire. Ces propositions qui prennent racine dans ces nouvelles problématiques ne pourraient-elles pas ouvrir une voie pour penser de nouveaux modèles urbains ? Comment la ville peut-elle participer aux nouveaux circuits de l’agriculture ?
(…)
Nous avons profité de cette thématique et des journées européennes du patrimoine pour découvrir un des anciens moulins de Loire : le CAP 44. Cette ancienne minoterie, bâtiment classé patrimoine du 19ème siècle est au cœur des questionnements actuels du renouvellement de la ville.

>> Téléchargez la plaquette de la visite 


Expédition #4 – le 12 octobre 2019 :
Le genre dans la Cité

Cette question nous interroge tous sur l’équité dans les usages, de « droit de cité » librement, la liberté d’être et de faire projet pour soi et pour le bien commun. La ville se construit-elle dans la reconnaissance et le respect des différences ?
La ville est née de l’étonnement, du « thomazein » grec qui est de l’émerveillement partagé. Il a permis de fabriquer l’urbanité, le rassemblement de citoyens pour son déploiement collectif. Les lieux et espaces publics, sont un façonnage renouvelé, réinventé pour les accueillir.
Mais force est de constater que chacun, dans ce qu’il représente de singulier, d’unique, de contrasté, y vit ses libertés de pratiques dans l’inégalité.
Notre propos tenait en une tentative de lecture objective de ces situations de genre. Peut-on se partager l’équité de droit citoyens, en tous lieux, à toutes heures, pour ce que nous représentons de singulier ? Il y est d’une certaine évidence question de masculin et de féminin mais pas que… de contrainte, de domination, d’émancipation, d’énergie pour convaincre, de rassemblement, de rapport de force, de caractère… Ces sujets et situations sont rarement construits sur le principe d’apaisement.
Au fil de cette 4ème expédition urbaine nous avons questionné la fabrique de la ville et de la juste place de chacun.

>> Téléchargez la plaquette de l’expédition #4


Les commentaires sont désactivés